ISSOL

Card


ISSOL

Name : ISSOL

Entry date : 30/06/2015

Place : Liège

Sector : Environnement

Website : http://www.issol.be

Business number : BE0879446738

Description


ISSOL est un fabricant et un développeur de matériaux et vitrages actifs. L'entreprise opère dans le secteur de la construction et l'industrie du verre. Elle a pour vocation de développer des solutions qui communiquent de l'émotion et participent aux besoins d'image durable de ses clients.

Testimony


Laurent  Quittre

Issol, un créateur d’image

Laurent Quittre, Président  : « On ne fait pas le photovoltaïque que tout le monde connait, celui des simples panneaux posés sur les toits. Pour nous, le photovoltaïque n’est qu’un outil, parmi d’autres, des solutions que nous offrons aux architectes, aux entreprises. Ce que nous livrons chez Issol, c’est d’abord une image, un véritable outil de communication ! Ensuite, nos produits ont une fonction architecturale et enfin nos réalisations permettent la production d’électricité via l’intégration de produits photovoltaïques dans les projets que nous développons. 

Issol livre des solutions uniques et complexes aux entreprises soucieuses  d’avoir une image durable auprès du grand public.  Nous proposons des solutions permettant aux sociétés d’avoir un bâtiment à leur image … qui vient renforcer la cohérence de leur stratégie, basée sur les valeurs de respect de l'environnement, d’innovation, de design,  et d’efficacité. »

Le photovoltaïque est le point de départ de l’histoire d’Issol. Déjà lors de sa création, l’entreprise avait d’autres ambitions bien définies dans son business model. 

Issol, donner une fonction architecturale à la technologie

Laurent Quittre : « Nous avons démarré comme fabricants de panneaux solaires, ce sont d’ailleurs les premiers produits que l’on fabrique. Mais nous sommes plus qu’une entreprise de photovoltaïque. Avant même de créer Issol, nous savions que notre business model était basé sur autre chose : la fonction architecturale du panneau. Notre offre s’est donc rapidement différenciée, on est passé au BIPV (Building-integrated photovoltaics) qui est aujourd’hui notre premier métier. La ligne d’évolution d’Issol poursuit la logique suivante : du panneau, on est passé à la fonction architecturale, puis on a commencé à faire des projets, ensuite du design et développement de produits spécifiques et aujourd’hui, on accompagne les sociétés qui veillent à leur image et souhaitent se doter d’un véritable outil de communication.

Issol répond aux besoins de ceux qui sont soucieux de leur impact sur l’environnement. Issol c’est plus que simplement un panneau solaire, même si les prix et la rentabilité financière font bien entendu également parties de l’offre.

Issol, des projets emblématiques

Laurent Quittre : « Le magnifique projet des toits de la Défense à Paris, c’est un sans-faute pour nous ! C’est une de nos plus grandes réalisations, qui a été menée de main de maître en interne. A ce jour, c’est probablement notre projet le plus emblématique. Nous avons pu remporter et réussir ce projet grâce à notre capacité à comprendre les besoins du client et à notre capacité d’innovation … Les panneaux photovoltaïques devaient avoir la même couleur que les toits en zinc de Paris mais avec des spécificités techniques que seule Issol a été à même de rencontrer. D’autres réalisations sont en cours ! Plus près de nous, on relèvera le bâtiment arrondi de Tour et Taxi ou le bâtiment du Conseil de l’Union européenne qui se situe rue de la Loi à Bruxelles. En termes de notoriété, reconnaissons que c’est une belle carte de visite. Et puis nous avons aussi participé au projet de la Tour de Liège. Localement, c’est un très beau projet également !

Issol, une croissance stable

Issol connait depuis sa création une croissance stable.

Laurent Quittre : « 2014 est pour nous une année un peu plus difficile mais c’est dû à la croissance économique atone et aux investissements que nous avons réalisés, notamment en personnel, pour assurer notre croissance. Nous sommes actifs dans le marché des énergies renouvelables et la crise a véritablement gelé certains investissements de ce type ainsi que les investissements et dépenses de  communication des entreprises. 2015 se profile bien, on sent que ça repart.  Cela traduit par une vraie reprise et des projets concrets qui arrivent. »

La SRIW pour accompagner la croissance

Issol connait depuis sa création une croissance stable. La SRIW y est intervenue sous forme d’un prêt subordonné. Ce partenariat, c’est l’aboutissement d’un processus de réflexion mené entre les trois actionnaires. Selon Laurent Quittre, la volonté était d’assurer la croissance et de placer Issol dans une autre division que celle d’une petite PME.

Laurent Franssen, Directeur, HR-Legal-Finance : « Il y avait trois façons de procéder : vendre à un grand groupe, faire de l’auto-financement, mais c’est plus lent, ou convaincre la SRIW de nous apporter des moyens pour cette croissance. C’est cette dernière solution qui nous a semblé la plus logique, pour diverses raisons. Tout d’abord la SRIW a compris qui nous étions et ce que nous faisons comme métier. Ensuite, ce partenariat est important car nous avons une valeur commune qui est la création de valeur locale. Et la SRIW est typiquement un partenaire qui respecte cette valeur. Si on avait été racheté par un fonds d’investissements anglais par exemple, cela n’aurait pas été pareil. »

Mais le financement par la SRIW n’est qu’une première étape. En effet, toujours selon Laurent Franssen, la SRIW est plus qu’un partenaire financier ! « Ils nous challengent, c’est important. Ensuite, la SRIW nous fait profiter de son important réseau. Ce partenariat nous permet de crédibiliser Issol dans le monde des entreprises. A la réflexion, c’est presque plus important que le financier. »

Selon Laurent Quittre, la SRIW a en outre un objectif long ou moyen terme mais pas de retour sur investissement à court terme. Cela aussi rejoint notre vison. ». Laurent X renchérit : « Nous construisons ensemble sur le long terme, il y a une vraie logique de continuité et de développement. Par contre, il est clair et normal qu’il y ait un retour pour la SRIW mais elle laisse le temps du développement et une certaine latitude même si il y a des contraintes. 

Aujourd’hui, la SRIW est représentée chez nous par un observateur qui vient avec des idées, nous pousse à nous professionnaliser dans notre processus de décision, dans nos choix stratégiques : un de nos challenges est par exemple d’identifier des profils plus performants et attirer de nouveaux talents. Quand on atteint une certaine taille, on a besoin de mettre en place et suivre un reporting, de se professionnaliser, de formaliser son Conseil d’administration et de l’alimenter avec du concret puis mettre ce concret en rapport avec la stratégie globale de la société. Cela nous a fait évoluer. »

Issol, un avenir brillant

Laurent Quittre : « L’avenir, je le vois brillant, très brillant ! Les opportunités de marché sont importantes et tout va dépendre de notre capacité à aller chercher le marché. Il faut gérer la croissance et attirer les talents. Il y a un vrai besoin d’image et de communication des entreprises en lien avec l’efficacité énergétiques des bâtiments qui prend une place prépondérantes dans la vie des entreprises. Prenons les sociétés de Real estate, leurs grands projets sont presque au minimum du passif aujourd’hui. L’intégration des solutions photovoltaïques dans l’architecture esthétique de ces bâtiments prend aujourd’hui une place importante dans ces projets et nous sommes là pour leur apporter des solutions. Réaliser une façade visible, esthétique et qui produit de l’électricité, c’est cela notre business !

Aujourd’hui, on a une vraie carte à jouer car on est au début d’autre chose. C’est notre intime conviction : il y a un vrai marché qui est en train de se définir et il faut aller le chercher. Nous sommes des précurseurs, nous arrivons très tôt dans ce nouveau marché. Issol est à l’intersection du monde de l’image et de l’architecture et nous sommes presque seuls à offrir ce service complet aux entreprises et aux architectes.»

JUIN 2015