DELTRIAN PROTECTIVE EQUIPMENT

Informations

  • Date dʼentrée 31/03/2020
  • Lieu FLEURUS
  • Secteur dʼactivité
    Pharma, sciences du vivant, medical devices
  • Site Internet https://www.deltrian.com/fr/

Description

Deltrian Protective Equipment est une société spécialisée dans la production de filtres à air et le développement de solutions de filtration.

Témoignage

Thimothée de Greift

Un appel d’offre dicté par la crise du Covid. 

La SRIW s’est ménagé l’opportunité de lancer des initiatives de marché pour combler des lacunes dans son tissu industriel. Au printemps 2020, la pandémie provoquée par le Coronavirus met en évidence l’absence criante de masques buccaux pour protéger la population belge. Les autorités wallonnes n’attendent pas, il y a urgence. Elles lancent début mars un appel d’offre pour monter une production de masques chirurgicaux, avec commande publique à honorer dès le mois de juin. Cinq entreprises répondent présentes. Contre toute attente, c’est Deltrian qui emporte la mise. Cette PME n’est pas active dans le domaine médical, elle est spécialisée dans la filtration et la ventilation industrielle. Mais elle est prête à relever le défi. 

« Une connaissance m’a dit : ce contrat, c’est pour vous, vous connaissez mieux que personne la filtration de l’air, et des masques ce sont des filtres à air !  rappelle Jurgen Alexius, ex-CEO de Deltrian. On a cru en notre étoile, on s’est lancé. »

« Deltrian a été choisi en terme de rapidité d’exécution, explique Sophie Sauvage, Investment Manager à la SRIW. Ils étaient les plus performants. Ils avaient l’expérience et les équipements nécessaires pour contrôler la qualité de l’air dans le respect des normes réglementaires,  ils pouvaient se déployer rapidement. »

Des masques 100% belges dès le mois de juin 2020.

La société Deltrian a 2 mois devant elle pour trouver les matières premières, les machines et le personnel nécessaire à la fabrication d’énormes volumes de masques chirurgicaux. Une véritable course contre la montre s’engage. Jurgen Alexius sécurise d’abord son approvisionnement en « melt blanc » auprès de fournisseurs allemands qu’il connaît. Il réserve aussi, auprès de partenaires allemands , des machines de production très demandées en ces temps de Covid. Et il vide un des ses bâtiments à Fleurus pour installer 4 lignes industrielles. Le 4 juin 2020, tout est prêt, la production démarre … pari tenu ! 

« Il nous a fallu trois mois pour apprivoiser les machines, mais on est très vite monté en cadence, rappelle Jurgen Alexius. L’Aviq nous avait commandé 9 millions de masques, Iris Care en a commandé 5 millions. Il fallait suivre, on tournait à 3 équipes, jour et nuit, 6 jours sur 7. »

« Il fallait être très réactif, se souvient  Sophie Sauvage, parce que beaucoup d’acteurs privés avaient repéré l’opportunité et se lançaient sur le marché belge. La concurrence est arrivée rapidement. »

Un investissement de 2 millions et demi d’euros soutenu par les invests wallons.

Deltrian réussit cette diversification dictée par les événements, sans mettre en danger ses activités de filtration industrielle. Une société DPE, Deltrian Protective Equipment, est créée pour loger la nouvelle production, elle est dotée d’un capital de 250 mille d’euros. La SRIW et la SOGEPA y prennent ensemble une participation de 49% en visant très clairement le long terme.

« Nous comptons rester au capital de DPE, explique Sophie Sauvage. Le but est de pérenniser cette production en Wallonie, pour éviter une pénurie de masques lors d’une nouvelle épidémie. »

« Nous aurions pu nous lancer seuls, dit  Thimothée de Greift, le nouveau CEO de DPE, car nous avons la confiance de nos banquiers. Mais créer une société avec la Région Wallonne nous donne une crédibilité. Ce n’était pas simple à mettre sur pied, surtout dans des délais aussi courts, mais c’était une opportunité et cela a stimulé nos équipes. »

Des masques virucides pour dépasser la concurrence. 

La jeune société a réalisé un excellent exercice 2020. Elle a produit 20 millions 800 mille masques, facturé 3,2 millions d’euros et réalisé un bénéfice d’1,2 million d’euros. 25 personnes ont été engagées. Le carnet de commande se remplit pour 2021, mais la concurrence est rude. Pour viabiliser la production de masques et se différencier des concurrents, DPE va monter en qualité et produire des masques virucides. Il s’agit de masques porteurs d’une bio molécule capable de tuer les virus à son contact. Des masques utilisables en hôpital, non seulement face au Covid, mais aussi pour éviter les maladies nosocomiales. DPE veut créer un label de qualité. 

« Il ne faut pas avoir peur de se remettre en question, reconnaît Jurgen Alexius, et rester concentré sur sa stratégie pour être en phase avec le marché. Le Covid a donné un coup de boost à l’entreprise à tous les niveaux, le personnel est fier d’avoir participé à ce challenge initié par la Région Wallonne, notre image de marque en sort grandie. » 

« C’est une belle histoire, conclut Sophie Sauvage, on peut vraiment parler d’une success story. »