Estor-Lux

Informations

  • Date dʼentrée
  • Lieu Liège
  • Secteur dʼactivité
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /opt/data/www/cible/be/sriw/www/htdocs/wp-content/themes/sriw/template-parts/content-entreprise.php on line 35
  • Site Internet https://estor-lux.be/

Description

L’objectif d’ESTOR-LUX est de mettre un actif 100% dédié à la flexibilité à disponibilité des acteurs du marché et du gestionnaire du réseau Elia. Il sera intégré au sein d’un portefeuille d’actifs flexibles, dont la batterie est la clé de voûte, capable de fournir de la puissance de réglage à la hausse ou à la baisse sur le réseau pendant de longues périodes. 

Témoignage

Pierre Bayart CEO Rent-A-Port Green Energy

Révolutionner le stockage de l’électricité en Belgique.

Maintenir la stabilité du réseau électrique est essentiel et c’est un défi de tous les instants, qui est accentué par la transition énergétique (en particulier du fait des erreurs de prédiction, qui peuvent être importantes dans la production éolienne et solaire). Les sources conventionnelles de flexibilité du système, essentiellement des centrales à gaz, peinent à fournir cette flexibilité, très rapidement fluctuante, selon un modèle économiquement et environnementalement viable. Mais les évolutions récentes dans la technologie des batteries -devenues plus performantes et moins coûteuses- permettent aujourd’hui d’envisager fournir une alternative à ces sources conventionnelles de flexibilité à partir de parcs de batteries de stockage d’électricité de grande capacité. Le parc de batteries ESTOR-LUX, en cours de construction à bastogne apporte la démonstration de la validité de cette alternative, Cédric Legros, Coordinateur de la plate-forme Infrastructures Énergétiques à la SRIW et Pierre Bayart, CEO de Rent-A-Port Green Energy, les deux pilotes de ce projet en sont convaincus.

« Les batteries sont beaucoup plus réactives et plus précises que des centrales au gaz, explique Pierre Bayart. Bien sûr, leur capacité de stockage est limitée dans le temps, mais on peut compenser cela en intégrant ces batteries dans un portefeuille d’actifs flexibles. »

« Les batteries seront activées en premier au sein de ce portefeuille, ajoute Cédric Legros « une fois la capacité de la batterie épuisée, d’autres actifs dont les coûts d’activation sont plus importants seront utilisés si nécessaire. On répond aux besoins du réseau électrique dans des délais très courts.»

Un premier parc de batteries à Bastogne. 

Concrètement, un parc de batteries de stockage électrique de 10 MW est en construction sur un site industriel à Bastogne. Sa mise en exploitation est prévue pour septembre 2021. C’est Fluence Energy, un des leaders mondiaux de la fourniture de technologie et de services liés au stockage de l’énergie, qui assurera la construction et la maintenance du parc de batteries. L’objectif d’ESTOR-LUX est de mettre un actif 100% dédié à la flexibilité à disponibilité des acteurs du marché et du gestionnaire du réseau Elia. Il sera intégré au sein d’un portefeuille d’actifs flexibles, dont la batterie est la clé de voûte, capable de fournir de la puissance de réglage à la hausse ou à la baisse sur le réseau pendant de longues périodes. Pierre Bayart et Cédric Legros ont fait appel à Centrica Business Solutions Belgium (l’ancien  REstore) pour l’intégration de l’actif dans ce portefeuille flexible et pour la gestion et la valorisation de la flexibilité de ce dernier sur les marchés.

« Le business model d’Estor-Lux est une première en Europe, affirme Cédric Legros. On commence par 10 MW, c’est modeste à l’échelle du réseau, mais le but est de reproduire l’expérience ailleurs. »

« On viendra de partout en Europe pour voir ce premier parc de batteries modulaires, Pierre Bayart en est convaincu, c’est une innovation comparable en son genre à l’ascenseur de Strépy-Thieu ! D’autant plus que le projet sera le premier à mettre en œuvre la toute nouvelle génération de technologie de cubes de batteries de Fluence, qu’ils ont mis 3 ans à mettre au point »

Un financement bancaire sans recours. 

Le développement du projet a été mené par le consortium public-privé EStor-Lux (Energy Storage Luxembourg), regroupant la SRIW-Environnement, Rent-A-Port Green Energy (Une filiale d’Ackermans & van Haaren dont Bruno Vanderschueren, le fondateur de Lampiris, est également actionnaire), la Socofé, et Sopaer (le bras de financement des énergies renouvelables des provinces du Luxembourg). Le coût total de développement se monte à 9,2 millions. Un investissement couvert à 50% par un financement bancaire sans recours octroyé par Triodos.  Une petite victoire dans un secteur échaudé par le yo-yo des prix de l’électricité. 

«On n’avait plus connu cela depuis 15 ans, dit Pierre Bayart, nous pouvons financer notre projet sans mettre le bilan de nos sponsors en gage. Nous avons convaincu la banque de la robustesse d’un business model directement exposé au marché. »

La SRIW a pris une participation de 30% dans le consortium , mais son soutien est infiniment plus important. 

« La SRIW est allée plus loin que son rôle classique d’investisseur, fait remarquer Cédric Legros, elle a joué un rôle de développeur. Nous étions convaincus qu’elle devait jouer un rôle plus actif dans la transition énergétique. Apporter des capitaux c’est bien, mais s’impliquer dans la construction de solutions énergétiques c’est mieux ! »

La SRIW moteur de la transition énergétique. 

Les 2 project managers d’Estor-Lux espèrent atteindre la viabilité économique dès la première année et reproduire leur projet afin de doubler la capacité installée chaque année. La demande existe, le gestionnaire du réseau Elia l’a clairement fait savoir. Le stockage d’électricité par batterie devrait aider la Belgique à sortir du nucléaire. La Wallonie est idéalement placée pour y contribuer, c’est largement dû au fait d’un cadre réglementaire plus favorable à ce genre de projets comparé aux autres régions. 

« C’est un véritable savoir-faire que nous sommes en train de construire, estime Pierre Bayart. Nous pouvons aider les industriels à gérer leur besoins énergétiques, c’est une carte à jouer. »

« Fournir des capacités 100% dédiées à l’apport de flexibilité pourrait devenir un nouveau métier, ajoute Cedric Legros, et plus la SRIW s’inscrit au cœur de ce développement, plus on a de chance d’arriver à arrimer une filière en Wallonie. Ce premier projet peut en apporter d’autres, nous y travaillons. La SRIW était pionnière dans l’éolien off shore, elle peut jouer un rôle de pionnier dans la transition énergétique dans son ensemble. Le stockage est en effet logiquement l’étape suivante dans cette transition »